IMPRIMER FERMER

GUIDE

Pourquoi un site sur le budget ?

Dernière mise à jour : 10 septembre 2004

• Je, tu, il... Tout le monde paie.

Impôts sur le revenu, TVA, taxe foncière, redevance... Tout le monde contribue au budget de l’Etat. Vraiment tout le monde, même ceux qui n’ont pas leur mot à dire sur les finances publiques. Les ressortissants étrangers établis en France sont en effet soumis au mêmes taxes, barèmes d’imposition, etc. que les citoyens français. Ce serait dommage de ne pas s’intéresser à ce que devient tout cet argent, non ?

• Maîtriser le budget, c’est maîtriser une part du futur de chacun

En 2004, la France a consacré 282 milliards d’euros (1 850 milliards de francs) à son budget national alors que son Produit intérieur brut (PIB) se chiffrait à 1 684 milliards d’euros. En 2005, les dépenses devraient progresser de 6 milliards pour s’établir à 288 milliards. Elles servent à faire fonctionner l’Etat (salaires des policiers, professeurs, etc.) mais aussi à développer l’économie (soutien à l’industrie, à la recherche scientifique), à développer le bien-être (hôpitaux, contrôles sanitaires) et à redistribuer la richesse nationale pour aider les plus démunis (RMI, RMA...).

En 2004, la dette publique a franchi le cap des 1 000 milliards, soit 40 000 euros par actif, ou encore 64,7% du PIB. En 2000, ce pourcentage n’était que de 56,6%.

S’il est difficile de savoir jusqu’à quel degré le bien-être collectif et le développement économique dépendent des investissements publics, il est très facile d’imaginer ce qu’il serait sans eux. Pour avoir une idée, il suffit de se pencher sur le sort des pays qui, faute de ressources ou pour d’autres motifs (guerres, corruption endémique), voient leurs ressources budgétaires détournées.

Tous les équipements collectifs jugés aujourd’hui indispensables et dont peu de gens souhaitent se passer (réseau téléphonique, TGV, services des urgences des hôpitaux...) sont la concrétisation des lois de finances du passé. Il en sera de même pour les années futures. Le projet de loi de finances 2006 permettra - ou pas - de réaliser certains investissements qui apporteront - ou pas - les services correspondants aux populations concernées. La France de demain est donc déjà en gestation dans les budgets d’aujourd’hui.

• Les citoyens ont le droit de savoir et de décider

A la révolution, durant la nuit du 26 août 1798, ce droit a même été couché noir sur blanc dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Son article 14 stipule que « Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. » C’est logique. S’agissant de notre argent... et de notre futur commun, comment ne pas avoir un droit de décision et de regard sur l’exécution des lois de finances ?

Gilmar S. MARTINS

Adresse de cet article : http://www.planete-budget.com/spip.php?article8

PLANETE BUDGET a été conçu et fonctionne grâce à des logiciels libres : Debian GNU/Linux (système d'exploitation), Quanta+ et HTML-Kit (éditeurs de code), GIMP (traitement et retouche photo), Inkscape (dessin vectoriel), SPIP (système de publication sur Internet), SUPER (convertisseur vidéo), EasyPHP et MAMP (serveurs locaux sous Windows XP et Mac OS), FLV Player (diffuseur de vidéo) et dewplayer (diffuseur de sons). Le site utilise aussi deux scripts mis gracieusement à la disposition des internautes par leurs auteurs : le premier permet l'envoi du texte de l'article par mail et le second de contacter l'auteur sans dévoiler son adresse afin de lui éviter du « pourriel ». PLANETE BUDGET à choisi l'hébergeur coopératif Ouvaton pour assurer sa mise en ligne.



Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Contrat Creative Commons